En anglais, l’expression « weather the storm » signifie traverser la tempête et implique de se préparer à affronter l’adversité sans savoir ce qui nous attend exactement. Cette expression traduit bien ce qui risque de se produire l’été prochain, après la mise en œuvre des changements prévus au CEPMB. La récente élection n’a pas changé la donne au point que l’on puisse penser que la réforme sera mise de côté, au contraire. Il faut donc réfléchir à comment minimiser les impacts de celle-ci sur le secteur québécois des sciences de la vie et des technologies de la santé.

C’est une réflexion que je souhaite entamer avec le chantier Veille et gestion d’enjeux de la grappe et qui va devoir se reposer sur la créativité habituelle des membres de notre secteur pour trouver des solutions innovantes aux enjeux qui nous affectent. BioQuébec a récemment publié une étude sur les besoins en politiques publiques et en financement pour les PME québécoises.  Plusieurs des recommandations qui s’y retrouvent apportent une partie de la réponse et permettraient de créer un avantage Québec. La réflexion devra pourtant s’élargir pour inclure l’ensemble des parties prenantes potentiellement touchées par cet enjeu et c’est ce que nous prévoyons faire dans les mois à venir.  

Début octobre, nous avons annoncé un partenariat avec la Ville de Montréal pour soutenir l’entrepreneuriat au féminin. Je suis très fier de cette annonce car nous nous donnons ainsi les moyens de mieux accompagner et supporter les femmes entrepreneures en sciences de la vie et technologies de la santé. L’équité et la parité homme-femme dans les postes de responsabilités de notre secteur passent par le développement d’un bassin de talents féminins de qualité dans les domaines clés de la gestion des entreprises. L’entrepreneuriat est donc une approche importante et nécessaire à la représentation de la diversité dans ces domaines.  

La première action concrète issue de ce partenariat est la création de bourses dédiées à des femmes pour participer à la prochaine cohorte du Programme de développement de l’entrepreneuriat en sciences de la vie (les inscriptions sont d’ailleurs ouvertes). D’autres projets découlant de ce partenariat seront mis en place l’an prochain et seront suivis par le comité sur la parité et la diversité de Montréal InVivo. D’ici là, vos idées et suggestions sont les bienvenues, n’hésitez pas à me les faire connaitre.

 

Frank Béraud