Un environnement politique et financier favorable, un bassin de talents, des infrastructures de recherche à la fine pointe et une situation géographique qui ouvre sur l’Amérique du Nord et l’Europe : Montréal offre les meilleures conditions de succès pour les entreprises du secteur des sciences de la vie et des technologies de la santé (SVTS).

Afin d’obtenir le portrait de l’expertise du Grand Montréal pour le secteur des sciences de la vie et des technologies de la santé, cliquez ici

L’écosystème montréalais des SVTS a évolué vers une concentration de créneaux d’excellence forts dans lesquels s’intensifient les partenariats scientifiques et industriels. L’émergence rapide des technologies de la santé, de la médecine personnalisée et de la génomique agit également comme vecteur d’innovation pour les industries. Le Grand Montréal est un incubateur de talents où convergent une masse critique d’entrepreneurs, chercheurs et investisseurs qui font émerger les traitements et technologies de la médecine de demain.

Champs d’expertise et créneaux d’excellence

Le secteur des SVTS regroupe d’abord les entreprises qui sont vouées à la santé, autant humaine qu’animale, qui se retrouvent dans l’un des sept (7) sous-secteurs que sont les pharmaceutiques innovantes, les technologies médicales, les bitotechnologies, les technologies de l’information en santé et l’intelligence articielle (TI santé/IA), les organisations de recherche contractuelle (CRO), les organisations de fabrication contractuelle (CMO) et les produits de santé naturels.

Coefficient de localisation des principales régions pour le secteur des SVTS, Québec, 2017

Le coefficient de localisation représente le rapport entre sa part de l’emploi modélisé dans une région à l’étude et sa part de l’emploi modélisé au Québec. On l’appelle aussi l’indice de localisation.

Sa formule mathématique est: quotient de localisation =(emploi dans le secteur des SVTS pour une région donnée / emploi total pour cette région) / (emploi dans le secteur des SVTS au Québec / emploi total au Québec). Un quotient supérieur à 1 indique une spécialisation relative de la région dans le secteur des SVTS.

Une masse critique d’emploi

 

 

Le segment des technologies de la santé est majeur pour l’économie québécoise et représente à lui seul près de 40% des emplois de l’industrie pour le secteur SVTS.

Un bassin de talents de qualité

Le Grand Montréal, avec ses universités, ses facultés de médecine, ses écoles de génie, sa faculté de pharmacie et ses programmes techniques spécialisés peut rivaliser avec beaucoup de régions du monde sur la quantité et la qualité des programmes de formation en SVTS.

 

Un secteur qui contribue à l’économie

 

 

Dans le secteur des SVTS, Montréal contribue pour 79% du PIB avec 4,5 milliards sur un total de 5,8 milliards pour le Québec

Le secteur des SVTS crée 75% plus de valeur ajoutée par emploi direct que l’ensemble des autres secteurs d’activitées économiques au Québec.
Le Québec se classe en 6e place au Amérique du Nord relativement à la part des dépenses totales en R-D, tous secteurs confondus, par rapport à son PIB.

Une expertise reconnue mondialement

Le Québec arrive 1er dans les secteurs de la pharmaceutique, de la gestion d’essais cliniques et des appareils médicaux

Un climat d’investissement des plus favorables

Le Québec est 1er en Amérique du Nord pour ses faibles coûts d’exploitation en SVTS avec un avantage-coût de 23-24%;

 

 

 

Le Québec a attiré plus de 40% des investissements en capital de risque dans le secteur des SVTS au Canada au cours des deux dernières années

 

 

Un environnement d’affaires compétitif

Le Québec réussit à se hisser au 8e rang en Amérique du Nord pour l’octroi de fonds publics de recherche sur 15 juridictions. Le Québec se classe au 2e rang pour les aides gouvernementales sur 15 juridictions en Amérique du Nord.